Bénin Yali Camp: Genre d’initiative qui avait manqué aux jeunes d’hier devenus dirigeants d’aujourd’hui

Le camp YALI du 22 au 26 février en conduite d’or vient introduire les nouvelles donnes dans la pensée des yalistes pour booster surtout le niveau du développement personnel chez plus d’un. En vérité, l’esprit constitue une écurie de laquelle, il faut nettoyer les cadavres et acquérir de nouveaux chevaux. Car la course au bien-être sur la planète terre s’annonce rude et oblige à se conformer aux positions latérales de sécurité.

« Le BENIN YALI CAMP, c’est la pépinière des grands hommes de demain, une mine de compétences avérées donnant le signal fort que l’espoir est permise »

C’est vrai, le Bénin regorge de compétences notoires à divers niveaux! Même à l’international, ils en font preuve et donnent une belle et bonne image de ce petit pays du continent noir. Mais tant qu’il reste à faire, rien n’est encore fait. Dans ce fou tout qui existe ou du moins dans ce désert de compétences comme le disait l’autre, il y a seulement quelques champions poussés çà et là qui tiennent encore la route et font l’affaire. Le manque est grand. Des dirigeants se croyant leaders, des politiques conviés à conduire sans feuille de route, des politiciens accidentellement nés, des demi lettrés à la manette, des candidats sans projets de société digne de nom… En un mot, le fossé est grand et appelle au secours imminent qu’inspirent les grandes écoles de leaders. Et une de ces écoles reste  BENIN YALI CAMP  qui a donné le top pour un nouveau départ. Du public management au civic leadership passant par Business et entrepreneurship, c’est un vaste programme qui permet de rompre avec l’ancienne corde tissée dans un climat d’ignorance mal éclairée. Il faut aller à YALI pour voir la pépinière des grands hommes de demain. Une mine de compétences avérées donnant le signal fort que l’espoir est permise.

    » Notre pays a clairement besoin de l’énergie des jeunes, de leur participation et de leurs compétences. »

Pour adapter l’une des pensées de Nelson Mandela sur la jeunesse au contexte béninois, nous pouvons retenir que notre pays a clairement besoin de l’énergie des jeunes, de leur participation et de leurs compétences.

YALI sert d’éclaireur et réveille une Afrique autre fois égarée dans les firmaments. La mission est grande, mais noble. Il faut imprimer une nouvelle dynamique à la nouvelle génération que nous sommes en vue de garantir un avenir radieux à notre patrie. C’est dire que nous devons nous ingurgiter les nouvelles connaissances pour nous assurer un lendemain meilleur. Et YALI se rend disponible pour ingurgiter le savoir aux yalistes. La route est longue d’hier à demain. Mais le bout du tunnel ne sera pas loin si la couche juvénile se met au travail avec les nouvelles stratégies utiles ! Le frère melchior disait à la clôture de la conférence nationale des forces  vives : Au travail les amis, nous avons vaincu la fatalité !

Vive Benin Yali Camp 2017 !

Vive YALI !

Prévert Oléman DJOSSOU

Leave A Comment